Requiem pour errants - l'évènement sera reporté

rimbaudArthur Rimbaud et les grecs du Harar

Lectures
Mise en espace : Dido Lykoudis

D’après les poèmes et la correspondance d’Arthur Rimbaud L’Abyssin.

Lectures de Dimitris Katalifos et Dido Lykoudis, en présence de Stratis Pashalis, traducteur.

Arthur Rimbaud vécut à Harar, dans la corne de l’Afrique, les dix dernières années de sa vie.

Trois fratries grecques y habitaient. Ils furent ses collègues, ses amis, ses rivaux. Parmi eux, Dimitris Rhigas et Sotiro Constantin. Rhigas écrira au poète, sur son lit de mort à Marseille :

« Depuis que vous êtes parti, moi je crois que j’ai perdu le monde... »

En filigrane, à travers sa correspondance, c’est de l’exil des Grecs au bout du monde qu’il s’agit.

En écho à sa poésie, sa correspondance serait-elle le reflet de l’artiste visionnaire ?

Celui qui écrivait dans Les Illuminations

« Moi, pressé de trouver le lieu et la formule », aurait-il donc trouvé le lieu ?

Le bateau ivre des abysses, l’Abyssinie. Dans un entrelacement de langues, de sensations, d’émotions, une commémoration pour parler de l’exil, de la fuite vers cette terra incognita de ces aventuriers, de ces errants qui nous sont si proches.

Informations : www.gavrielidesbooks.gr