Correspondances de Manosque : la littérature

MANOSQUELe festival

23-27 septembre 2015


Depuis 1999, Les Correspondances inventent de nouveaux modes de rencontres avec le texte pour mettre en avant une littérature vivante. Elles accompagnent de jeunes écrivains et saluent les grands auteurs d’aujourd’hui. Des lectures, des performances, des cafés littéraires, des spectacles et des concerts littéraires sont au cœur de la programmation de ce festival.
Pour consulter la programmation et la liste des écrivains présents cette année : http://correspondances-manosque.org


Itinéraire littéraire – sur les pas des écrivains
A travers le Luberon

Un poète doit laisser des traces de son passage non des preuves. Seules les traces font rêver.
René Char


La maison de René Char à l’Isle-sur-la-Sorgue

L’Hôtel Campredon ou Maison René Char à l’Isle-sur-la-Sorgue, village natal, où il vécut l'essentiel de sa vie, accueille des expositions temporaires et consacre plusieurs salles à l'évocation de son œuvre : dessins, manuscrits, éditions originales, photographies, bibliothèque et cabinet de travail du poète. Albert Camus, avec qui il était lié d’amitié, lui avait dédicacé son œuvre L'Homme révolté.
Pour vos lectures nous proposons : Feuillets d’Hypnos, Le marteau sans maître, Lettera Amorosa, Recherche de la base et du sommet


La maison de Jean Giono à Manosque

Jean Giono achète en 1929 une petite maison du XVIIIe siècle au lieu-dit « Lou Paraïs » sur le flanc sud du Mont d'Or, qui domine Manosque dans les Alpes-de-Haute-Provence. « Un palmier, un laurier, un abricotier, un kaki, des vignes, un bassin grand comme un chapeau, une fontaine. » Il transforme et agrandit cette maison où il écrit la plus grande partie de son œuvre. C'est aujourd'hui le siège de l'Association des amis de Jean Giono.
Pour vos lectures nous proposons entre autres : Un bonheur fou, Le hussard sur le toit, Le chant du monde


La maison d’Albert Camus à Lourmarin

Albert Camus achète, en 1958, une ancienne magnanerie - ferme où l'on élève les vers à soie - à Lourmarin. Elle est toujours là, habitée par sa fille avec ses volets verts, sa terrasse arrondie, son cyprès. Seul le nom de la voie a changé : la grand'rue de l'Eglise a discrètement été rebaptisée rue Albert-Camus.

http://maisonsecrivains.canalblog.com/archives


Pour vos lectures nous proposons : Caligula, Le mythe de Sisyphe, L’étranger, au cœur d’une œuvre innombrable.


Les séjours de Pétrarque à la Fontaine de Vaucluse


Pétrarque se réfugia sur les berges de la Sorgue à la Fontaine de Vaucluse à partir de 1338. Décidé à mettre un terme à ses obligations mondaines et à mener une vie consacrée à la solitude, la poésie et la réflexion, il y fit installer sa bibliothèque. C'est ce qu'il explique dans son Épître à la Postérité : « Je rencontrai une vallée très étroite mais solitaire et agréable, nommée Vaucluse, à quelques milles d'Avignon, où la reine de toutes les fontaines, la Sorgue, prend sa source. Séduit par l'agrément du lieu, j'y transportai mes livres et ma personne. »


Comment venir…

  • Par l’aéroport de Marseille-Provence : avions directs d’Athènes à Marseille pendant la période d’été