Conférence de Pierre Rosanvallon

RosanvallonLes enjeux de la démocratie au XXIe siècle | VIDÉO

Cycle « Pensée contemporaine »

07.11.2017, 19h30 | Auditorium Theo Angelopoulos - IFG

Le professeur au Collège de France Pierre Rosanvallon, connu pour ses travaux sur l’histoire et les mutations de la démocratie contemporaine, est l’invité de l’Institut français de Grèce dans le cadre de son cycle « Pensée contemporaine ».

Nos régimes sont dits démocratiques parce qu’ils sont consacrés par les urnes. Mais les citoyens ne se sentent pas gouvernés démocratiquement si l’action des gouvernants n’obéit pas à des règles de transparence, d’exercice de la responsabilité, d’évaluation, de reddition de comptes, de réactivité ou d’écoute des citoyens clairement établies.

Pierre Rosanvallon estime que le problème n’est plus seulement celui de la « crise de la représentation ». Il est devenu celui du malgouvernement, élargissant les termes de la définition d’un pouvoir légitime. Or la théorie de la démocratie a jusqu’à présent fait l’impasse sur cette question des rapports entre gouvernés et gouvernants en se limitant à penser la représentation et l’élection, donnant donc un caractère intermittent à la démocratie.

La conférence proposera dans cette perspective la définition des qualités qui permettraient de mettre en place une démocratie continue.

Modérateur: Dimitri A. Sotiropoulos, professeur adjoint en science politique, université d'Athènes

Pierre Rosanvallon, titulaire de la chaire « Histoire moderne et contemporaine du politique » au Collège de France depuis 2001, est également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), chaire « Histoire et philosophie du politique », où il enseigne depuis 1983. Il préside depuis 2002 « La République des idées », un atelier intellectuel international.

Les travaux de Pierre Rosanvallon ont été traduits dans 22 langues. Son dernier ouvrage, Le Bon Gouvernement (2015), constitue, après La Société des égaux (2011) traduit en grec aux éditions Polis, La Légitimité démocratique (2008) et La Contre-démocratie (2006), le quatrième volet de son enquête sur la mutation des démocraties contemporaines.

Entrée libre, traduction simultanée